L’Amie

Elle s’endort dans ses libertés, contours flous. S’éveille déterminée, l’obscur est clair. 

De son canapé à sa Canopée, hilarante brunette branchée, elle décape le ciel, 

de ses rêves à la truelle, faire de la place pour le petit bout d’oiseau, à tire d’aigle.

De là-haut, trace une route piquée au fil des autres femmes, solidaires.

 

Soleil en escalier sur l’atelier, les clés et les ciseaux se fraient un travail, contournent

les rainures. Emprise ultime, ses doigts. Abîmés. Contingent. Il en faut dix. Précis.

Là, en plein été. J’ai lu au milieu des coquilles du temps, bois de tous âges, exquis.

Un vélo vintage, un look exigé coiffé décomplexé. L’œil aiguisé aux affaires, qui détournent

 

la femme en marche, de son destin. Les platanes de la place déposent, les bières rafraichies,

sur la table des artistes et là-haut, un « Grand dédié », un qui manque , tchin tchin l’Ami. 

Puis tombe l’éclair en bois massif, en élégance, en noblesse, en design, en inspiration.

De la lumière jaillit la menuisière, elle gagne à la hargne, le droit de préciter ses aspirations.

 

Sa elle, aventurière. Moi, son acolyte. Elle, le mien. Sa famille, ses amis, compagnons de création,

grimpons dans son wagon tiré à quatre épingle, sur la porte capitonnée : « Atelier Canopée ».

Voilà, tout comme son âme ouatée, sa traverse l’emmène en douceur vers son désir,

Etre indépendante ! Fouler les champs de forêts, la cour des grandes, des affamées !

 

Elle courait comme un chien fou, droit au but, rapide et instinctive, je l’ai suivie. 

Sa folie vire à la poésie, elle a jonglé mille vies sur les chemins d’aventure.

On se connait depuis plus de rire, de palabres que d’ennuis dans la nuit. 

Autant dire une éternité de virées guinguettes nocturnes, jamais de ratures.

 

Ha Ha! Mais cela forge ! Fait des trucs à raconter. Puis surtout, il fallait ses bras agiles,

pour m’aider à enlever, les grosses pierres, j’étais cachée derrière. 

Puis il fallait mon instinct, à proprement parlé, pour déjouer des peurs débiles.  

Ensemble, les mains dans le cambouis, la tête à  l’honneur, on a le rire fier !