La petite bête en colère

Les antennes esquissées au bord de ses yeux signalent,

les babillements de la guerre.

Star Wars se joue à ses pieds,

quand la poussière trotte seulement ses arrières.

Un satellite endommagé en hors-d’œuvre.

Si elle est discrète, elle n’aime pas être invisible.

Dans sa carapace de sergent dodu,

les tours du fort lui servent de trône pour ses rondes,

au garde à vous devant tant de crépuscules,

elle sait reconnaitre les guets-apens à l’œil nu.

Elle devise la nature, « humble et lisible »,

le ciel sait tout du caractère des leurres.

Elle me tire par le bras, il lui faut un écriteau.

Indiquer un chemin,

un passage à gué pour les oiseaux.

Je m’articule et m’exécute, elle sait me convaincre.

Ne sachant sur quel pied danser.

J’invoque mon stylo, il me dit,

es-tu sûre qu’elle ne te fait pas plutôt marcher?

Je n’y avais pas pensé, la colère me ralentit.

« Exit ».