La Turquie, une actrice sans âge

Des retards en voyage mais son avance est constante

Sur l’emprise

La migration d’une étoile du Bosphore

Du rock, un trombone et elle chante

Madame l’Ambassadrice se défend

Marche sur le lac de Toz Golu entre les larmes et le sel des âmes

Ils l’obligent, elle accélère

Une et plusieurs

De quelle Mère ?

Istanbul, onde de choc immergée dans sa contemporanéité

Atatürk n’a qu’à bien se tenir entre ses deux drapeaux

Rassembler des communautés entre les plis du deuil

De chaque côté les chats bouillonnent et griffent

Le blanc des plaids qui sèchent sur son seuil

Acquiescer

Et puis

Suivre la modernité

Jeter

Un regard de geai sur une actrice sans âge

Sur les cheveux blancs de son Anatolie sublime

Depuis les gradins de l’amphithéâtre en ruine

Des contreforts de son film d’espionnage

Et renoncer à son invitation instinctive

A porter, gommer le temps.

L’actrice est méticuleusement riche de son âge.