Esprit de Noël

Saint métronome rythme cardiaque

Il est minuit évidemment pourquoi serait-il un peu avant ou un peu après l’enfant entre dans l’église aux trois colonnes il s’est affirmé il la tient dans ses bras les carreaux qui faisaient le jeu d’échec de Marie luisants et vieillis en son épicentre avancent leurs pions et l’échec sans plâtre se fissure car le diable ment les piliers sont mats et Dieu est fait de ce qui n’existe plus de ses ailes de dragon il s’est envolé à corps perdu vers le Saint Esprit rien ne préfigurait une telle sortie si ce n’est la délicatesse des anges qui sous une chape de plomb ont déchiré le silence ouvrant un corps sur la croix l’hostie putréfiée au cœur de sa meule réchauffée dans la paille naît dans ses entrailles et se donne.

Une femme prie sur une chaise en bois petite vieille solide elle est jeune agenouillée un voile noir sur ses cheveux elle est belle elle sent le petit garçon arriver elle sent ses genoux écorchés et son courage sa réminiscence le Christ n’est pas loin tout se sait tout ces seins en son Saint Sainte Marie Thérèse de ses yeux elle est un aimant éteint une vierge conquise elle enfouit son regard dans celui du petit garçon et se tait morte et vivante à la fois noire et blanche elle se sait mal l’amour existe bien toujours le croire car il jouit d’une bonne étoile il se déporte sur la droite et va s’assoir sur un banc derrière elle il s’agenouille également et se met à prier.

Entre le curé le faux le mari il s’approche avec douceur et la Dame frémit le petit garçon peut le sentir et il est touché par l’entêtement de sa grâce le cœur de la Dame n’est plus à prendre l’homme vient pourtant le lui montrer il existe une porte dérobée derrière l’autel par où est entré le mystère il l’a sauvé dans un cabanon pour hirondelles qui vont et viennent en se moquant du temps riant aux éclats tirant les ailes jusqu’à plus soif juste pour voler.

Quand l’homme s’approche la dame regarde la croix et les larmes coulent de ses mains en lumière bleue multicolore le long de ses joues elle a chaud elle sue elle est perdue et sans âme elle jure devant témoin qu’elle n’y peut rien mais elle va aller de ce pas tenir la main du petit garçon et l’enrober de sa vie elle embrassera cet homme qui la prend pour femme elle sera lui le petit garçon écoute les montagnes entourant l’église il prend la main de la Dame l’emmène vers l’homme il sourit il est en paix il est heureux il est beau à son tour elle lui sourit et abandonne ses terres elle les offre en partage désormais elle sera femme entre toutes les femmes et prendra soin de son foyer.

Ainsi est né l’esprit de Noël les enfants le connaissent bien.

Son mari est entré en elle elle s’agenouille près de lui et prend sa main sans sourciller.