Au ballotement de mes plaisirs irisés

Ignorant tout de la sauvagerie de la douceur

J’avais prévu de ne pas y aller, en tout cas pas comme ça

Je me suis vue contrainte et forcée de déballer mon cœur

J’en rame encore

Et le pauvre est bien plus vide de pensée que de vivacité

A force de courtiser toutes sortes de bonheurs aux Fleurs du Mal

Il a attrapé de maudites habitudes

Il se cueille en horreur

éludant ainsi la Dame de Baudelaire

Bien lui en a pris, au grand désarroi de ma vie

car au moins il a appris à dorloter, au plus il se serre

et c’est sans préméditation

J’ai donc soudoyé quelques envies, quelques déceptions, quelques rêves même

Pour éviter l’ennui en sa prison

Un rien fait reculer la peur quand elle se questionne sur ce qu’elle doit payer

et donc loin, très loin, vite et sans se retourner, je viens de l’envoyer paître

des roses, pour y chercher quelques ronces à rogner

Oui il n’est pas facile d’aimer, quand les peurs égratignent si fermement

J’aurais dû les arracher une à une avec la parcimonie vicieuse de leur substance

Mais comme je suis à la source de leur existence et pleine de bon sens

J’ai compris

Que je dois partager

Sexuellement ? Tout se dit dans le sexe, c’est bien là son moindre défaut

Pour ce qui est des échanges céréaliers je pencherais plutôt pour un petit tour d’horizon

des moissons- neuses gazeuses, c’est à dire des bulles d’air qui s’encornent sur nos doigts

et explosent à leur aise,

oui rien de plus facile que de partager l’impartageable

les bulles de plaisir

La vérité est une onde de choc

J’ai perdu 2, 8 kg quand j’avais 5 heures et Emilie Jolie n’a jamais dessiné de cheval blanc à mon prince charmant

Depuis je cherche

Et je ballotte… comme me disait ma mémé avec éloquence.