Soprano

J’entreprends la tessiture la plus aigüe de mon organe vocal parce qu’il faut que ça s’arrête! Je vais y laisser ma peau à force de vociférer des mots doux en solo.

-Je suis chanteur je chante pour mes copains. Je veux faire des tubes et que ça tourne bien….

-Oh, tu t’appelles Henri alors?

-Non, je m’appelle Soprano. Henri c’est Porte des Lilas, souviens-toi de lui.

-Tu n’as plus de cheveux Soprano.

-Non, c’est vrai.

-Ils sont tombés?

-Oui, à l’aube.

-Tu veux dire au réveil.

-Non, à l’aube. De ma calvitie.

-C’est un cas pratique de formation coiffure ou quoi, ton histoire?

-Très drôle.

-Jeu de rôle, jeu de …Donc non.

-Quand j’ai poussé mon premier cri aigu, ils sont tombés. C’est comme ça que je suis devenu soprano.

-Tu ne t’es pas loupé parce que soprano, c’est pour les femmes ! Pour les hommes on dit baryton ténor ou contralto.

-Donc, tu n’as pas perdu que tes cheveux…

-Oui je sais.

-Tu veux un cookie au chocolat?

-Tu me proposes un cookie au chocolat?

-Oui, je partage si tu veux. C’est mon goûter.

-Oui allez, c’est sympa. Et toi tu fais quoi dans la vie?

-Je suis baryton

-Mais je croyais que tu avais dit…

-Oui je sais. Mon premier cri, j’étais une fille et puis je suis devenue mitoyenne.

-Ha ha, tu as de l’humour!

-Oui enfin, pas très longtemps, quelques années.

-Quoi l’humour? Non la citoyenneté.

-Et c’était bien?

-Plutôt oui. C’est bien pratique de vivre à deux. Quand je me fâchais avec l’un, j’allais dormir chez l’une, et vice et versa.

-Tu as de la chance, moi je n’ai même plus de chez moi.

-Viens chez moi! J’habite chez une copine.

-Il faudrait savoir, tu es mitoyenne ou pas?

-J’habite un Duplex, ça veut dire appartement « duplicable non sexuellement transmissible. »

-Bon, c’est vraiment une copine alors.

-Oui.

-Et, elle est comment ta copine. Je veux dire elle est … bien? Bonne?

-Je dirai qu’elle est comestible pour son âge.