Toute la beauté du monde

-Alors finalement tu m’invites pour le 31?

-Heu… oui oui. A vrai dire je n’ai pas encore décidé ce que je ferai. Je suis invitée.

-Donc je peux venir?

-Comme j’ai dit, je n’ai pas encore décidé.

-Tu veux m’apporter quelque chose?

-Ha ha: « veux-tu que je t’apporte quelque chose? » – tu voulais dire- non?

-Ah ! Tu fais ça toi?

-Faire quoi?

-Tu réponds aux questions que tu me poses. Moi je ne dis pas non. Je veux bien que tu m’apportes quelque chose.

-Mais non ! « -tu voulais dire- non? », ne veut pas dire non. Cela veut dire que tu voulais sûrement demander si tu devais apporter quelque chose au soir du 31.

-Ah? Non.

-Non quoi?

-Je voulais te demander si tu voulais m’apporter quelque chose. Moi je viens sans rien.

-Ah c’est vraiment ce que tu voulais dire? …t’es presque comique.

-Bien oui, c’est toi qui m’invites, non?

-Non.

-Comment ça non? Tu ne m’as pas entendu ? J’ai dit que je viens. C’est toi la comique.

-J’ai dit…. Pff….écoute, d’abord je ne t’ai pas officiellement invité ni officieusement d’ailleurs et quand on est invité quelque part, on n’arrive pas les mains vides ! Ou au moins, on demande.

-« Puis-je arriver les mains vides? »

-Mais non! Tu ne peux peux pas arriver les mains vides! Même pas arriver du tout!

-Oui, je suis complètement ahuri. De toi. En fête! Il faut que je me lâche un peu.

-Toi et moi on est vraiment trop différents. Je dois y aller là, je ne serai pas chez moi le soir du 31, je te souhaite une bonne soirée.

-Ok je t’attendrai.

-Je viens de dire que je ne serai pas chez moi!

-Ben moi j’y serai.

-Mais je ne veux pas que tu viennes chez moi!

-Ah bon, il fallait le dire tout de suite. Tu n’avais qu’à dire oui!

-Mais…? J’ai dit…

-Oui que tu ne savais pas.

-….non.

-Quoi non, tu sais maintenant? Tu veux que j’apporte du saucisson?

-Pour le Nouvel An? Du saucisson? Non, je ne veux pas de saucisson, je ne serai pas chez moi! Et je ne veux pas que tu viennes!

-Il faut savoir. Tu n’es pas chez toi ou tu ne veux pas que je vienne?

-Mais les deux!

-Un bout de lard?

-Un bout de lard?

-Oui, je ne suis pas très musclé.

-Tu deviens grossier.

-Un Kiwi?

-Je suis allergique au Kiwi.

-Un coup de main?

-Un seulement ? C’est vide…

-C’est ta tête qui est vide!

-Oui vide de toi.

-Moi je suis vide?

-Non, toi tu viens avec moi.

-Evidemment que oui, je ne viens pas avec toi!

-Il faut savoir, je pensais que tu venais avec moi. Donc tu m’attendras.

-Pour quoi faire?

-Un petit tour de ma magie dans mes bras?

-Je n’aime pas les tours de magie et encore moins ton Karma.

-Et ton Karma, il aime le saucisson peut-être?

-Tu y tiens à ton saucisson

-Non, je tiens toi, et je veux faire un truc sympa.

-Avec du saucisson?

-Oui et puis du pain, du vin…

-Non, pas ça…. pas la suite s’il te plaît. Là c’est vraiment trop lourd.

-…Bon ok je ne le dis pas. Mais ça me fait du bien quand même.

-Quoi?

-De te dire non.

-Tu me dis non à quoi?

-A toi. Tu me plais trop pour que je te dise oui.

-Oui, tu me plais aussi.

-Alors dis-non.

-Mais… je n’arrête pas….

-Alors arrête. Dis oui.

-Quoi?

-Pour la première fois s’il te plaît.

-Pour la dernière tu veux dire?

Au même moment la chatte se réveille et me regarde avec ces yeux malicieux. « Alors tu lui lui as dit non? » me dit-elle. Elle est tellement jolie avec ses poils de toutes les couleurs, elle est mouchetée. La petite chose la plus élégante que j’ai vu, couchée en boule sur son fauteuil. Et si douce. Elle me donne envie de prendre sa place dans le fauteuil. « Oui, j’ai enfin dit non ».

-Ne jamais se mettre entre le dragonnier et son dragon, me dit-elle encore.

-Que dis-tu?

-Tes prochains écrits.

-Tu sais ce que je vais écrire ?

-Non. J’attends que ca réverbère. Je m’ennuie dans ce monde.