L’escalier des souvenirs

Elle descend

La pierre ruisselle

le long de son corps

Enchâssée de reliefs

taillée au pinceau

Elle s’écoule, exotique et blanche

dans sa chair ciselée

L’œuvre est éternelle, sculptée

charnelle

Marches tendres

aux cristaux éteints

Brillance de l’onyx

et de sa désespérance

Les souvenirs se lèvent

à l’appui du garde-corps

Un tremblement dans sa main

un souffle escarpé

poussent un doux zéphyr

jusque dans la lumière

L’escalier des souvenirs

la mène

vers une salle au trésor

niché sous la voûte

d’un décor fidèle.