Olé, Olé

-Brigitte ! Tu viens ? J’ai faim.

-Oh tu ne ne manges plus grand chose depuis quelques mois. J’ai pourtant essayé de m’alimenter. A rester les bras croisés en attendant que ce beau monde déficèle et renoue les petites affaires, je finis par déprimer et j’attends la sortie avec impatience.

-Brigitte… tu n’es pas sérieuse-là. Allez ne te laisse pas aller. Prends une petite tartine, beurre m’en une tiens. Et puis si tu pouvais….enfin ce peignoir… tu te souviens ?

-Tu n’as pas l’Ukraine à étaler ce matin ? Tu reprendras un peu de Poutine aux bitcoins? Une petite coupure d’électricité?

-Tu sais que j’ai besoin d’énergie… ce n’est pas très gentil ce que tu me dis. Je me sens mou sans toi. Allez ! Ce matin je vois Idalgo… Paris… Paris.. et la France… ! Ces femmes alors, elles se croient tout permis ! J’aurai dû l’épouser.. au Mali.

-Goujat !

-Vieille..tante. Il faut que je prépare mieux ce Conseil de l’Europe. Je me présente ou pas? Et puis tu sais bien que je plaisante… les femmes sont un atout…cher de nos jours, tout le monde le sait! Les femmes sont la nouvelle cryptomonnaie ! Invisibles et partout à la fois! Et nous les hommes, on en profite un peu. C’est sûr les prochaines générations n’ont rien à voir avec nous! Mais rien! A seize ans ils sont tous bi, décomplexés, et à trente ans, ils s’aiment. Je ne sais pas, tout se perd, même le bon patriarcat. Heureusement qu’il y a encore la loi pour nous protéger, pour nous faire perdre du temps. Maintenant tout le monde veut se mondialiser, j’en perds mon égo. Et je te dis pas les autres, c’est pire…Parce que moi, mon égo, avec toi à mes côté, ça fait longtemps que….

-Tais-toi ! On pourrait se faire un petit caprice, on se la refait? Je mettrai le rouge… peignoir. Parce que de nous deux, c’est quand même moi, la moderne attitude. On prend la pose ?

-Oui mais que fera t-on les cinq prochaines années…? Ca ne sent pas très bon tout ça. Je pourrais faire comme Sarko ou Strauss-Kahn… on voyage, on consulte…la vie de Roi et Reine, quoi! Quoique, tu as l’âge des Conseils d’administration et moi de l’écrivain! C’est bien, Président quelques années…je suis un peu perdu. Tout change… si vite. Vieux croulant à cinquante balais ou plus, avec mon style aguerri, je vais écrire un autre livre et je me refais une jeunette… heu…. une jeunesse.

-J’en sais des choses sur toi. Moi aussi je te ferai peut-être une jeunesse… dénaturée.

-Allez, ne t’inquiète-pas, je t’aime bien tu sais. Je n’aurais pas pu être mieux accompagné. Tu as fait de moi un homme… inachevé. Ma grand-mère me l’avait dit. Va Manu, va…chez elle. Alors un dernier tour, un quinquennat, trois petits tours, et je te prends sur le sofa? Oui? Tout cela tient à si peu de chose…

-J’ai un avatar.. dans Métavers…à l’endroit. Une jeune un peu olé olé, polygame.

-Tu n’es pas drôle, là. Ta peau.. quand-même. Même un peu fissurée. C’est toi, c’est nous. Allez, approche. Tu sais bien que j’en pince pour toi. Viens ma belle, un tantinet miel.

-Ca dépend pour combien tu en prends. A tout à l’heure mon amour.