Mémoire de la neige

Les arbres jeunes, dans la combe

Un peu couchés sous le poids de la neige

Joueurs

Attendent le soleil pour se relever

Ils deviendront ces sapins

Que les loups et les faucons pèlerins

Prendront pour territoire

Sur des kilomètres

De reproduction

On voit leurs traces au passage des skis

Au détour d’un hors-piste

Ou sous un remonte-pente

Et c’est comme croiser un faon

Qui détale dans la forêt

Avec légèreté

A notre approche

Un miracle

Nous essayons de reconnaître

Et de dire haut et fort

Qui

De sa mémoire sauvage

A laissé l’empreinte

De son organisation animale

De son instinct

D’un œil brillant d’un marron de feu

Nous sommes alors

Témoins

De la croisée des chemins

Du temps

Accroupis dans la neige

En silence pour ne pas l’effrayer

Nous guettons le retour

De l’épervier

Du chamois

De la louve et ses petits….

L’haleine comme la loutre

Se faufile

Entre les branches de la glace.