Les ailes champêtres caracolent

D’une ardeur blanche qui descend du ciel, un baiser se pose sur une branche. Le jupon en est moelleux et la dentelle auréolée de mystère. Un grand jet de lumière arrive au sommet de la nuit au moment opportun. Agrumes et myrtilles s’entendent pour colorer l’éclat d’un somnifère temps zéro, qui assène un ronflement de tranquillité sur l’eau pétillante, et soudain explosent quelques artifices en surprises papillotes. Les ailes champêtres caracolent en tête en boutons de fleurs découverts. Alliance de l’idée et du clair, chapitre doux et lent, les yeux étirent leurs paupières vers les couleurs boisées. Brève lecture du feu dans le firmament de la quiétude, la bizarrerie s’installe dans le silence qui suit les frémissements au jardin d’Eden. Quelques mots d’Amour filtrent, et dans la cour des pigeons roucoulent. Espace de transition entre aujourd’hui et demain, particulièrement sublime. Suite à la présence de ces chers invités, nous allons commencer à célébrer. L’armature de la nuit semble en constellation, il n’y a plus qu’à appliquer quelques touches de comètes çà et là, un vœu entre les oreilles de l’univers. Dans le verre agité, bullent quelques tranches de citron, je lève la potion à ma famille et mes amis que je recommande au merveilleux. Rien de plus rien de moins que quelques touches de musique pour accompagner le reflet de 2023 dans le miroir étoilé. Un sourire de jazz sur mon rouge à lèvres, et je prends de cette année millésimée, juste à minuit, en vous souhaitant une belle année croustillante.

Le champagne ensoleillé.