La conscience c'est la croûte du pain.

Lorsque le soir vient, rien à faire. La mélancolie s'invite. Comme une mélodie de jazz trop triste pour être jouée.

Il y a tellement d'essais réussis ou malencontreux dans la vie d'une seule personne, qu'il ne faut pas s'étonner que l'humanité voit déferler des nuées d'expériences heureuses ou désastreuses. Arrête t-on un vol de criquets ?

La vie s'habille pour mieux se cacher.

La vérité souffle sur les braises. Elle arrive toujours par mauvais temps et ne s'invite que si elle est accueillie avec chaleur et élégance. J'ajoute une bûche dans l'âtre et pose du rouge sur mes ongles. Le ciel est à l'orage.

Déjà l'aube est là, réveillée par le chant discret des oiseaux. Ma couche n'est même pas chaude. J'étais trop agitée, les courants d'air ont refroidi mes draps. Je n'ai pas encore dormi. Je hais ces oiseaux qui volent ma nuit. Je pourrais les tuer. Et tombent les corps chauds ailés sur le sol! Bien fait! La revanche est un oiseau qui n'a rien demandé!
Je voulais aller courir. J'ai fait tomber un de mes écouteurs dans un verre d'eau. C'est con, Je vais courir sur une oreille.